fastclemmy.com

Parmi les nombreuses approximations et contre-vérités de cet article du webzine Emma à propos des défenseurs de la conception par blocs, celles sur l'accessibilité ont de quoi faire réagir.

Tout d'abord, un petit rappel. L'accessibilité -ce mot est vraiment très laid mais ce n'est pas le sujet- c'est quoi ?

L'accessibilité consiste à rendre l'information disponible pour tous les utilisateurs sans discrimination. Traditionnellement, on prend comme exemple un handicapé qui surfe sur Internet avec un navigateur Braille, autant dire qu'un site tout en Flash ne lui sera pas très accessible. Est-ce le bon exemple ? On se confronte souvent en l'utilisant à des railleries du type "Et tu en connais beaucoup toi, des aveugles qui utilisent Internet ?" et cela reflète bien les lieux communs associés à l'accessibilité.

Pour beaucoup, se pencher sur cette problématique c'est perdre du temps pour un pourcentage très infime de visiteurs.

Pourtant, la démarche n'est pas propre à la conception de site web : on serait par exemple choqué de voir un architecte qui édifie un bâtiment sans prévoir de rampe d'accès pour les poussettes ou les fauteuils roulants, non ? A fortiori alors que 2003 a été décrétée année européenne du handicap !

Sur le web, faciliter l'accès à l'information pour tous est même plus simple, pas besoin comme le conseille JF dans son article d'EMMA de

(...) Générer des versions complètes adaptés à des critères d'accessibilité en quelques secondes. On effectue quelques modifications dans des modèles, on régénère le site et on le met en ligne.

Je suis certain que le patron de JF serait content de savoir qu'avec un modèle en XHTML/CSS le site serait tout aussi accessible pour lui sur son Internet Explorer que pour les handicapés ou que pour Google.

Quel rapport avec Google ? Et bien tout simplement qu'il navigue sur Internet comme quelqu'un le ferait avec un navigateur texte : pas de Flash, pas de javascript, pas d'images. Castrateur n'est-ce pas ? Et bien non. Car est-il besoin de rappeler qu'on peut faire des sites jolis, accessibles et standards sans pour autant faire des pages aussi austères qu'une recommandation du W3C ? C'est ça la grande force des sites conformes aux standards : offrir un accès vers un site très joli pour les derniers navigateurs graphiques mais en même temps un accès vers le contenu pour tous.

La question n'est donc pas "Pourquoi se préoccuper de faire un site accessible pour les quelques handicapés qui pourraient venir sur mon site ?" mais plutôt "Pourquoi faire plusieurs versions d'un même site si on peut offrir un contenu adapté pour tous ?".

Pour en savoir plus sur le sujet, je vous conseille de vous reporter à la section concernée chez Tristan ainsi que chez Denis et Stéphane.

#conceptionWeb

Ce n'est un secret pour personne, l'hégémonique Internet Explorer, dont la version la plus récente date de 2001 déjà est truffé de bugs/limitations/défauts que le webdesigner découvre souvent avec horreur au dernier moment. De nombreuses ressources sur le sujet existent, je tente ici de les rassembler dans un seul et même log.

Mise à jour 23.01.04

Le célèbre problème du box model - Contenu, margin, padding

Les bugs d'IE5+ (PC)

Les bugs d'IE5 (Mac)

Comment spécifier une min-height, max-height, min-width ou max-width

Comment émuler le position:fixed avec IE

Comment utiliser la transparence alpha dans IE

Comment faire des bordures pointillées de 1px sous IE

Comment émuler <abbr> sous IE

Comment spécifier des règles CSS pour IE5+ PC uniquement

Comment attribuer un :hover à autre chose qu'un lien

N'hésitez pas à donner vos liens dans les commentaires !

#liens

C'est presque par hasard que je suis tombé dans mes référents sur ce site (visiblement un enième annuaire de sites Internet). C'est non pas la charte graphique explosant un peu sous Firebird mais un malheureux con-cours de circonstances qui m'a frappé, jugez plutôt.

Amusant raté de la césure automatique : Travail de con(...)

Alors le travail de conception graphique, travail de con ? ;)

#humeur

Mon engagement pour la promotion des standards du web et la lecture d'une abondante littérature sur le sujet m'a permis de prendre du recul. Quelles circonstances ont amené à la prise de conscience d'une poignée de pionniers que le web faisait fausse route avec l'avenèment des logiciels WYSIWYSGWMSIE et de la mise en page en tableaux ?

Le constat n'est pas nouveau, certains pestaient déjà depuis belle lurette contre l'apparition de balises de présentation dans le langage HTML. C'est parce que la norme était laxiste que l'on a pu faire croire au gens qu'ils faisaient du HTML correct en écrivant <b>Oh le joli texte en gras</b>. Si la norme avait été stricte, la séparation radicale entre le contenu et la présentation aurait due être mise en évidence bien plus tôt. Et on passerait maintenant moins pour des intégristes fanatiques quand on fait remarquer aux concepteurs web que leur HTML est incorrect.

Norme laxiste donc, mais aussi norme lente à exister dans les faits. En effet, en termes de créativité, on s'est rapidement heurté aux limites des navigateurs web. La palette des possibilités de mise en page était suffisante pour afficher des documents relativement linéaires, mais guère sexy pour autre chose. Pour parvenir à créer des sites web visuellement attractifs, on a ainsi détourné les tableaux de leur utilisation initiale (afficher des données tabulaires) en cachant leurs bordures et en construisant ainsi des squelettes de pages faits de lignes et de colonnes. Le temps que les spécifications en termes de positionnement par CSS soient élaborées et surtout qu'elles soient intégrées dans les navigateurs web, c'était trop tard, l'avènement des tableaux était entériné. La preuve, ce n'est que depuis quelques temps que l'on a pu enfin envoyer paître les mauvais navigateurs et enfin pouvoir faire des sites jolis et conformes aux normes.

Pourquoi un tel engouement pour la mise en page à base de tableaux ? Tout simplement parce que les outils permettant de faire du HTML ont été taillés pour les concevoir ainsi ! Ignorant totalement les concepts de hiérarchisation de l'information, de sémantique ou d'accessibilité, on a vécu dans la douce illusion de la conception de sites en quelques clics de souris sous FrontPage, Dreamweaver ou GoLive. Là encore, le message qu'on essaye maintenant de faire passer consistant à dire que -malheureusement- il n'y a pratiquement qu'en utilisant un éditeur de texte et en connaissant vraiment le HTML et les CSS qu'on peut réaliser un site aux normes passe mal, merci pour nous.

A fortiori quand le navigateur web utilisé par 95% des utilisateurs (Internet Explorer pour ne pas le citer) suite à la guerre des navigateurs, est buggué et ne supporte que partiellement lesdites normes, la tâche d'évangélisateur n'est pas de tout repos !

Ainsi donc tout un tas de circonstances nous ont mené dans ce qui semble une impasse qui opposera sans fin les défenseurs d'un web fait à l'ancienne avec toutes les bonnes vieilles méthodes (mise en page en taleaux, GIF transparents, balises de présentation) et les partisans de la conception par blocs. Pourtant je commence 2004 avec encore plus d'enthousiasme qu'en 2003 : vive les standards du web !

#techno