fastclemmy.com

Histoire d'élargir un peu les discussions sur ce blog, voici un embryon de réflexion sur l'interface utilisateur qui me travaille depuis quelques temps déjà...

Sans être spécialiste de l'histoire informatique, on peut dire que la relation utilisateur/machine repose depuis l'origine sur la ligne de commande.

Ligne de commande, quézako ?

Concrètement, un curseur plus ou moins clignotant indique à l'utilisateur que le système attend des instructions. En rentrant du texte avec une syntaxe documentée, on peut faire exécuter par le système des actions (par exemple en DOS la commande dir pour lister les fichiers du répertoire courant). Plus fort encore, on peut rajouter des arguments pour modifier le fonctionnement de la commande (en reprenant l'exemple de DOS : dir /p liste comme précédemment les fichiers mais page par page). Austère mais versatile la ligne de commande ! Pour preuve, l'utilisation exclusive qu'en font beaucoup d'informaticiens sous Linux (qui a dit qu'on ne pouvait pas utiliser un ordinateur sans souris ?).

Pourtant, si l'informatique s'est démocratisée c'est justement parce qu'on est passé de la ligne de commande à l'interface graphique (c'est la GUI - Graphical User Interface). Cachez cette syntaxe que je ne saurais voir, d'un clic j'affiche l'ensemble des fichiers de mon répertoire, na ! On est passé de l'ère du clavier à celui de la souris. Facilité ? Certainement. Efficacité ? On pourrait sans doute en discuter. D'ailleurs bien souvent, le plus on devient spécialiste, le plus on a recours au clavier plutôt qu'à la souris. Ainsi, presque paradoxalement, un bon graphiste est aussi doué avec ses raccourcis-clavier qu'avec sa souris ou sa tablette graphique. Mais peu importe, c'est l'évolution générale qui est importante, d'autant que certains signes me font dire qu'un retour de balancier est en train d'intervenir.

Compliquée la ligne de commande ?

Difficile de l'affirmer au moment où tout le monde sait qu'il faut envoyer le numéro de son star académicien préféré au 72500 par SMS pour éviter sa tragique élimination. La banalisation du SMS -outre le massacre perpétuel de la langue française- contribue à sa façon au renouveau de l'utilisation de la ligne de commande. Si cela se fait de façon embryonnaire pour des applications grand public, on peut l'imaginer plus finement pour des applications plus spécifiques. On pourrait par exemple imaginer -si ce n'est déjà fait- des applications évoluées de consultation de cours de bourse, etc.

Autre exemple, Google. Tout le monde l'utilise, certes, mais certains l'utilisent intelligemment grâce à des mécanismes similaires à la ligne de commande. En excluant par exemple des termes pour affiner une recherche avec l'opérateur -, en recherchant des expressions exactes avec des guillemets, etc. D'ailleurs Google fait parfois la promotion de cette utilisation avancée en signalant des conseils en haut de la page de résultats.

Toujours dans le domaine du web, la barre d'adresse où l'ont saisit les URL peut aussi procéder de ce phénomène. Imaginons par exemple que l'URL d'un site soit : "http://www.domaine.com/?cat=jardin&gamme=gardena&page=2". Quand l'internaute vient modifier manuellement l'URL pour indiquer page=6 plutôt que page=2, cela procède d'une interaction proche de la ligne de commande. Une bonne raison de plus d'avoir des Cool URLs.

Certes, on pourra me rétorquer que ces exemples sont autant d'épiphénomènes... Il faut dire aussi que l'état de ma réflexion sur le sujet est assez embryonnaire. Pourtant, je ne démords pas de l'idée que la ligne de commande n'est pas réservée à une élite et qu'elle a toujours sa place parmi les autres interfaces-utilisateur.

#techno

Vos commentaires

nima -
Un des gros avantage de la ligne de commande qui peut entrer dans ta réflexion à mon avis et le fait que, contrairement aux boutons icones et autres "tabs" à cliquer, dans une interface textuelle (TUI) l'objet (là ligne de commande) servant à donner des ordres à la machine se situe toujous au même endroit. Combien de fois j'ai entendu ma mère dire : "mais forcement si tu bouges tout le temps les icones de place, comment veux tu que je retrouve word ?" L'icone était pourtant déplacée de 10 cm au plus...

Emmanuel - site -
Le propos de ce billet renvoie très exactement aux premières pages du livre que je lis actuellement « La bataille du logiciel libre » (http://www.labatailledulogiciellibre.info/) dans lesquelles est expliqué le passage initial de la programmation 0-1 à la programmation par langage compréhensible par l'humain.
La programmation par ligne de commande, c'est déjà un niveau avancé en fait ! L'interface graphique, le « cliquodrome », ce ne sont que les étapes suivantes.
De mémoire, la raison exposée est que l'humain n'aime pas le changement (entre autre) et qu'il préfèrera coder avec un langage qu'il connait et qui existe déjà (les mots) plutôt que d'en apprendre un nouveau (le binaire 0-1).

Dans la liste des « mécanismes similaires » dont tu parles, je citerais aussi la syntaxe Wiki.

Fred Bird - site -
J'avais pas vu les SMS sous cet angle ;o)
Ligne de commande et GUI ne sont pas incompatibles, d'ailleurs la plupart des applications graphiques sous linux ne sont que des interfaces pour piloter la ligne de commande. Concevoir ses uris comme une ligne de commande permet effectivement de la rendre "hackable" par l'internaute, mais également de simplifier la production de liens pour la navigation "graphique", et surtout d'améliorer la conception de l'accès aux données/documents et leur classification, si on prend soin de mettre de coté l'approche "arborescence". Par contre je ne suis pas trop chaud pour l'indexation par date en dehors des contenus par nature évenementiels.

vchahun - site -
En tout cas, un truc qui est sur, c'est que la ligne de commande on l'utilise obligatoirement avec Linux. Depuis que j'ai changé d'OS, je l'utilise au moins une fois par jour, que ce soit pour installer des programmes, lancer une commande ou même exécuter des programmes, alors qu'avec Windows, je n'y avais jamais touché !
Mon idée, c'est que la ligne de commande est un des complexes qui découle de la peur des ordinateurs que possèdent les générations antérieures: mettez quelqu'un qui ne connait pas l'informatique devant une zone de texte et demandez lui de taper quelque chose, il risque de paniquer car il ne fait pas bien le lien entre écran, clavier, processus, etc.
La ligne de commande serait donc un objet à la mode des prochaines années si on supprime cette peur informatique, quoique son aspect repoussant puisse être améliorer (le côté noir sur blanc est moi convivial sans doute).
En tout cas, il faut un certain investissement pour apprendre à se servir d'une ligne de commande, mais je ne pense pas que ça soit plus difficile que d'apprendre à manier une souris (pour ceux qui ne s'en rendent pas compte, essayez d'utiliser votre souris à l'envers, vous comprendrez les difficultés des autres). Juste un question de traumatisme et de mentalités !
(et puis, si on peut cliquer sur l'icône puis sur le boutton plutot que de taper le nom du programme puis un nom de commande anglais, le choix est vite fait !)

LolZ - site -
S'il est vrai que parfois la souris peut faire gagner du temps, il en va de même avec la ligne de commande. Essayez donc de renommer 250 .jpg en .jpeg à la souris ;*)

EtK - site -
Je ne sais plus où est-ce que j'avais lu ça, mais ça me revient en mémoire :

"Un shell c'est la liberté d'exprimer ce qu'on veut faire, dans un langage structuré, alors qu'une interface graphique, c'est souvent un panel réducteur de choix cliquables"

Je vous laisse méditer...

^Fabrice - site -
sur le sujet : (4 X 2 h à écouter)
http://sufco.univ-montp3.fr/bardini.php3

lolo - site -
Je crois que la ligne de commande, c'est quelque chose qu'il faut apprendre. On s'y met quand on a une manip à faire plusieurs fois par semaine, par exemple. Sinon, l'interface graphique est vraiment plus commode : on n'a pas à bûcher une heure pour gagner dix minutes.

mere-teresa - site -
La ligne de commande connaît l'auto-complétion grâce à la touche Tab.
Et effectivement, tout est possible.

J'ai été forcée de passer un an sous une Debian (milieu universitaire) et le + graphique a pour moi été les multi-bureaux, auxquels j'accédais grâce à mon clavier.

Sinon je voulais signaler que GMail a implémenté les raccourcis clavier !

mere-teresa -
Je repasse par ici pour mettre un lien
http://www.thinkgeek.com/computing/input/keyboards/5fff/

katsoura - site -
"plus on devient spécialiste, le plus on a recours au clavier plutôt qu'à la souris"

Dans le domaine des jeux de stratégie temps réel ou jeux de rôle/action (sur ordinateur) il est devenu impensable de ne pas utiliser son clavier. Les experts mondiaux "pianotent" sur leur clavier alors que tout est faisable via la souris. La preuve que c'est plus efficace, rapide et cela devient même un automatisme. Alors qu'avec la souris, impossible de cliquer sur une icône les yeux fermés.

Ajouter votre commentaire